Rapatriement de corps, ce qu’il faut faire

Nombreuses sont les raisons pour lesquelles un ressortissant d’un pays étranger qui réside en France demande de son vivant, à ce qu’il soit enterré dans son pays d’origine. Ces raisons peuvent être religieuses, éthiques ou encore administratives.
Cette opération nécessite un encadrement légal et une assistance professionnelle.

Qui se charge de la procédure ?

Il est strictement interdit par la loi de rapatrier un corps sans faire appel à une société de pompes funèbres. Ces professionnels sont dans l’obligation de se renseigner auprès de l’ambassade ou du consulat du pays destinataire dans le dessein de mettre en place la procédure adéquate aux transports et aux formalités administratives.
En contrepartie, ils sont rémunérés pour leurs services, par la famille ou les proches du défunt qui prennent à leur charge cette opération.

Nous vous conseillons alors de comparer les différentes propositions et leurs tarifs avant d’entamer la procédure.

Comment se fait le rapatriement sur le plan pratique ?

Il est possible de transférer le corps du défunt par avion ou par un véhicule qui emprunte la route.

Les pompes funèbres contactent alors les compagnies aériennes capables de transporter les dépouilles.

Une fois le devis établit, la constitution d’un dossier administratif offre la possibilité d’entamer les démarches administratives auprès de la mairie, de la préfecture, du consulat ou du commissariat. La complexité du dossier affecte les délais de l’organisation du rapatriement.

Nous vous recommandons alors de bien choisir votre devis en comparant et en vérifiant les offres.

Sur le chemin, le défunt est enveloppé avec un emballage hermétique en zinc, dans un cercueil. Il peut être accompagné de sa famille, à bord du même vol.

Il est important de noter que les conditions de conservation du corps varient en fonction de la destination.